Comprendre une technologie n'est pas nécessaire pour l'améliorer!

02 avril 2019

Les technologies produites par les civilisations humaines sont-elles le résultat de nos capacités intellectuelles ou de nos aptitudes d’imitation ? D’après une équipe internationale comprenant des chercheurs du laboratoire ETHICS EA-7446 de l’Université catholique de Lille et du CNRS, avec le soutien de TSE de l’Université Toulouse 1 Capitole*, la création de technologies efficaces ne nécessite pas forcément leur compréhension. Leur étude est publiée dans la revue Nature Human Behaviour le 1er avril 2019.

Produire des outils complexes et s’adapter à différents milieux : on pense souvent que l’être humain a pu y parvenir grâce à son imposant cerveau, qui le rendrait plus ingénieux et inventif que d’autres espèces. Pourtant, l’efficacité de technologies telles que l’arc ou le kayak dépend de nombreux paramètres qu’il est encore aujourd’hui difficile de comprendre et de modéliser, même pour des physiciens. Pour cette raison, certains anthropologues ont suggéré que ces technologies résultent non pas de nos capacités de raisonnement mais de notre propension à copier les autres membres de notre groupe : de petites améliorations seraient sélectionnées successivement, conduisant à l’émergence de technologies efficaces et pourtant incomprises des individus.

Les chercheurs ont voulu tester cette théorie en laboratoire. Pour cela, ils ont recruté des étudiants qui devaient optimiser une roue afin qu’elle parcoure le plus rapidement possible la distance d’un mètre sur des rails inclinés (photo). Chacun avait cinq essais pour produire la configuration la plus efficace, avant de répondre à un questionnaire qui testait sa compréhension des mécanismes physiques pouvant influencer la vitesse de la roue. Afin de simuler la succession des générations humaines, les chercheurs ont créé des chaînes de cinq individus : chacun avait accès, sur un écran d’ordinateur, à la configuration et à l’efficacité de la roue des deux derniers essais du participant précédent. 

Tandis que la roue gagnait en vélocité au cours des « générations », la compréhension des individus est restée médiocre. En d’autres termes, il n’y avait aucun lien entre la performance de la roue et le niveau de compréhension des participants ! Chaque individu avait produit des configurations plus ou moins aléatoires et c’est la combinaison entre ces essais-erreurs individuels et la copie des configurations les plus rapides qui avait suffi à optimiser la roue. 

Dans une seconde version de l’expérience, les participants transmettaient à l’individu suivant, en plus de leurs deux derniers essais, un texte décrivant leur théorie sur l’efficacité de la roue. Les résultats furent similaires : les roues gagnaient en vitesse mais, là encore, sans que les individus comprennent pourquoi. La transmission de théories fausses ou incomplètes pouvait même empêcher les générations suivantes de développer une compréhension correcte du système, les rendant comme aveugles à une partie du problème.  

Cette expérience illustre l’importance des processus culturels dans l’apparition d’outils complexes : notre aptitude à copier les autres individus permet l’émergence de technologies que nul n’aurait su inventer de lui-même. Elle invite à se montrer prudent dans l’interprétation des vestiges archéologiques en termes de capacités cognitives, ces aptitudes n’étant pas le seul moteur de l’évolution technologique.

 

*Maxime Derex est chercheur à l’Université d’Exeter et membre du laboratoire ETHICS de l’Université catholique de Lille. Jean-François Bonnefon est chercheur CNRS au laboratoire Toulouse School of Management Research (CNRS/ Université Toulouse 1 Capitole) et membre de TSE (Toulouse School of Economics).

Causal understanding is not necessary for the improvement of culturally evolving technology, Maxime Derex, Jean-François Bonnefon, Robert Boyd et Alex Mesoudi. Nature Human Behaviour, le 1er avril 2019. DOI : 10.1038/s41562-019-0567-9

Dispositif utilisé dans l’expérience
Les participants pouvaient modifier la position des poids le long des rayons entourant la roue, afin d’augmenter sa vitesse sur le rail incliné.
Deux facteurs influencent cette vitesse : la distribution de la masse autour de l’axe de la roue, ou moment d’inertie (plus la masse est condensée, proche de la roue, plus celle-ci est rapide), et la position du centre de masse de la roue (plus celui-ci est haut, plus l’accélération est importante).
© Maxime Derex
 

La roue utilisée dans l'expérience

Voir également

  • - 16 décembre 2019

    "Nous dessinons l'hôpital de demain"

    Mercredi 11 décembre 2020, les travaux d'extension et de rénovation de l'hôpital Saint Philibert ont été lancés.

    À cette occasion, un arbre a été planté sur le nouveau parking.

    Plus de renseignements : com@ghicl.net

  • - 11 décembre 2019

    Repair Tour

    Dans le cadre de la démarche transition écologique et sociétale de l’Université

     

    Le Repair Tour de SPAREKA et de l’ADEME vous donne rendez-vous à Lille ce vendredi 13 décembre de 11h à 15h, Hall HA - 60 bd Vauban Réparer au lieu de jeter : Dans le cadre de la campagne « Nos objets ont plein d’avenirs », SPAREKA, l’ADEME et le ministère de Transition Ecologique et Solidaire lancent le Repair Tour. Un tour de France pour apprendre aux particuliers à entretenir et réparer eux-mêmes leurs appareils et ainsi réduire le gaspillage électroménager, représentant 1,4 millions de tonnes de déchets par an en France*. Et pour la première étape, le Repair Tour fait escale à l’Université Catholique de Lille, dans le centre-ville. Des ateliers gratuits permettront d’apprendre à diagnostiquer les pannes les plus courantes de ses appareils, s’exercer à la réparation et faire le plein de conseils d’entretien. Vous êtes invités à venir : - Avec des appareils - petit électroménager - en panne (machine à café, grille-pain…) pour o Diagnostiquer la panne avec nous (via cette application) o Réparer avec nous (avec Cyril, notre expert technique) - Avec la référence des gros appareil en panne (lave-linge, TV, lave-vaisselle…) Réparer coûte trop cher Le premier frein à la réparation est le coût : si la réparation coûte plus de 30% du prix de l’appareil, celui-ci n’est pas réparé mais jeté et remplacé. Ainsi des millions de Français jettent leurs appareils prématurément pour de petites pannes qui pourraient être réparées. Aujourd’hui, 40% du gros électroménager trouvé en déchetterie est réparable et réutilisable. Et pourtant, il existe des solutions pour éviter de jeter ses appareils : bien les entretenir, les faire réparer et même apprendre à les réparer soi-même ! Depuis son lancement en 2012, Spareka a permis la réparation de plus de 700.000 appareils, fait économiser plus de 400 millions d’euros à ses clients, et évité 27.000 tonnes de CO2 Le leitmotiv du Repair Tour ? La réduction des déchets, les économies pour le portefeuille des familles et la fierté d’apprendre à réparer soi-même. Informations pratiques : Repair Tour avec SPAREKA et l’ADEME Vendredi 13 décembre 2019, 60 Boulevard Vauban, Lille de 11H à 15H Evènement gratuit et libre d’accès. + d’informations sur les étapes du Repair Tour : https://longuevieauxobjets.gouv.fr/actualite/le-repair-tour-avec-spareka Sources : *https://www.planetoscope.com/dechets/1882-dechets-electroniques-deee-produits-en-france.html

  • - 04 décembre 2019

    Lille Capitale Mondiale du Design en 2020

    Dans un schéma similaire à celui de Lille capitale européenne de la culture en 2004, Lille sera capitale mondiale du design en 2020. Cette nomination est le fruit d’une compétition entre métropoles mondiales, et plus particulièrement d’une finale Lille-Sydney. L’enjeu d’être capitale mondiale du design pour Lille est de transformer et dynamiser le territoire métropolitain à travers l’utilisation du design.

    Pour cela, toute organisation de la MEL peut déposer un projet, appelé « Proof of concept » (POC). L'Université Catholique de Lille en a déposé 13 regroupant différents chantiers en cours. Les thèmes de ces POC contribuent à créer, au sein, de l’Université, « les dynamiques de codesign d’un futur souhaitable ». Ils concernent l’innovation pédagogique, la relation avec le territoire, la transition énergétique et sociétale, la dimension artistique… Des synergies entre POC de l’Université sont encouragées, ainsi que des liens avec d’autres POC du territoire.  

    En 2020, ces projets seront valorisés à travers une programmation, dans la même dimension que celle de Lille 3000 (communication, expositions, visites, parcours autour de différentes thématiques).  L'Université Catholique de Lille participera activement à la programmation organisée par Lille Capitale Mondiale du design, et prévoit également une programmation propre à l’Université. Celle-ci permettra de valoriser les productions issues des POC, mais également d’intégrer des événements proposés par les établissements. 

    contact : loic.aubree@univ-catholille.fr