Comprendre une technologie n'est pas nécessaire pour l'améliorer!

02 April 2019

Les technologies produites par les civilisations humaines sont-elles le résultat de nos capacités intellectuelles ou de nos aptitudes d’imitation ? D’après une équipe internationale comprenant des chercheurs du laboratoire ETHICS EA-7446 de l’Université catholique de Lille et du CNRS, avec le soutien de TSE de l’Université Toulouse 1 Capitole*, la création de technologies efficaces ne nécessite pas forcément leur compréhension. Leur étude est publiée dans la revue Nature Human Behaviour le 1er avril 2019.

Produire des outils complexes et s’adapter à différents milieux : on pense souvent que l’être humain a pu y parvenir grâce à son imposant cerveau, qui le rendrait plus ingénieux et inventif que d’autres espèces. Pourtant, l’efficacité de technologies telles que l’arc ou le kayak dépend de nombreux paramètres qu’il est encore aujourd’hui difficile de comprendre et de modéliser, même pour des physiciens. Pour cette raison, certains anthropologues ont suggéré que ces technologies résultent non pas de nos capacités de raisonnement mais de notre propension à copier les autres membres de notre groupe : de petites améliorations seraient sélectionnées successivement, conduisant à l’émergence de technologies efficaces et pourtant incomprises des individus.

Les chercheurs ont voulu tester cette théorie en laboratoire. Pour cela, ils ont recruté des étudiants qui devaient optimiser une roue afin qu’elle parcoure le plus rapidement possible la distance d’un mètre sur des rails inclinés (photo). Chacun avait cinq essais pour produire la configuration la plus efficace, avant de répondre à un questionnaire qui testait sa compréhension des mécanismes physiques pouvant influencer la vitesse de la roue. Afin de simuler la succession des générations humaines, les chercheurs ont créé des chaînes de cinq individus : chacun avait accès, sur un écran d’ordinateur, à la configuration et à l’efficacité de la roue des deux derniers essais du participant précédent. 

Tandis que la roue gagnait en vélocité au cours des « générations », la compréhension des individus est restée médiocre. En d’autres termes, il n’y avait aucun lien entre la performance de la roue et le niveau de compréhension des participants ! Chaque individu avait produit des configurations plus ou moins aléatoires et c’est la combinaison entre ces essais-erreurs individuels et la copie des configurations les plus rapides qui avait suffi à optimiser la roue. 

Dans une seconde version de l’expérience, les participants transmettaient à l’individu suivant, en plus de leurs deux derniers essais, un texte décrivant leur théorie sur l’efficacité de la roue. Les résultats furent similaires : les roues gagnaient en vitesse mais, là encore, sans que les individus comprennent pourquoi. La transmission de théories fausses ou incomplètes pouvait même empêcher les générations suivantes de développer une compréhension correcte du système, les rendant comme aveugles à une partie du problème.  

Cette expérience illustre l’importance des processus culturels dans l’apparition d’outils complexes : notre aptitude à copier les autres individus permet l’émergence de technologies que nul n’aurait su inventer de lui-même. Elle invite à se montrer prudent dans l’interprétation des vestiges archéologiques en termes de capacités cognitives, ces aptitudes n’étant pas le seul moteur de l’évolution technologique.

 

*Maxime Derex est chercheur à l’Université d’Exeter et membre du laboratoire ETHICS de l’Université catholique de Lille. Jean-François Bonnefon est chercheur CNRS au laboratoire Toulouse School of Management Research (CNRS/ Université Toulouse 1 Capitole) et membre de TSE (Toulouse School of Economics).

Causal understanding is not necessary for the improvement of culturally evolving technology, Maxime Derex, Jean-François Bonnefon, Robert Boyd et Alex Mesoudi. Nature Human Behaviour, le 1er avril 2019. DOI : 10.1038/s41562-019-0567-9

Dispositif utilisé dans l’expérience
Les participants pouvaient modifier la position des poids le long des rayons entourant la roue, afin d’augmenter sa vitesse sur le rail incliné.
Deux facteurs influencent cette vitesse : la distribution de la masse autour de l’axe de la roue, ou moment d’inertie (plus la masse est condensée, proche de la roue, plus celle-ci est rapide), et la position du centre de masse de la roue (plus celui-ci est haut, plus l’accélération est importante).
© Maxime Derex
 

La roue utilisée dans l'expérience

Voir également

  • Erasmus+ Training Week at Université Catholique de Lille

    Erasmus+ Training Week at Université Catholique de Lille

    Did you know?

    On top of student exchange and internship opportunities, Erasmus+ also encourages international training for administratives and teachers.

    Every year, the Université Catholique de Lille is pleased to receive dozens of international colleagues from different nationalities through the organisation of international Erasmus+ training weeks.

    See images of the last training week, organized as part of the ECOPOSS Biennale in October 2022:

     

      

     

     

  • Live the experience of commitment in 2023

    Live the experience of commitment in 2023

    Hope, Energy, Humanity – let us advance together to build a sustainable world of freedom and fellowship.

    The University Community and its President-Rector, Patrick SCAUFLAIRE.

     

    “Let us seek solutions together, boldly undertake processes of change, and look to the future with hope.” Message of Pope Francis for the launch of the Global Compact on Education, September 2019   “May this invitation resound in our hearts in 2023. Hope, Energy, Humanity – let us advance together to build a sustainable world of freedom and fellowship.” The University Community and its President-Rector, Patrick SCAUFLAIRE  

    Listen to Patrick SCAUFLAIRE – President Rector of the Université Catholique de Lille (English subtitles available)

  • University Climate Convention

    UNIVERSITY CLIMATE CONVENTION

    The University Climate Convention is an “active learning” program aligned with the Paris Agreement and the Convention for the Transition of Higher Education Institutions. As a signatory to the Grenoble Agreement and, with the European Metropolis of Lille (MEL), committed to the goal of zero carbon by 2050, the Université Catholique de Lille offers training and education regarding climate issues

    Joining the University Climate Convention means:

    Acting on behalf of the climate Learning about the ecological and climate transition and take ownership of the issues Participating in the development and implementation of solutions

    For three months, 100 students and 50 staff members from across the University and its varied establishments are taking part in an unprecedented program of training and collective workshops aimed at reducing carbon impact and personal lifestyle reconsiderations. articipants learn about global climate and energy issues, examine the University's carbon footprint and its various emission sources, and imagine solutions for the future. These will be presented to a jury of experts and decision-makers at the concluding session to be held on 6 December 2022 at the regional council office. Program dates: 13 and 20 October, 10, 17 and 24 November, 1 and 6 December, from 3 pm to 6 pm.  

  • An International Erasmus+ Training Week as part of the ECOPOSS Biennale

    An International Erasmus+ Training Week as part of the ECOPOSS Biennale

    From 24 to 28 October 2022, the Université Catholique de Lille organized an International Erasmus+ Training Week.

    We had the pleasure of welcoming 30 colleagues from partners Universities from more than 17 different nationalities.

    The week was devoted to our various universities' commitment to sustainable development - a theme that finds a particular echo in this year of mobilization #ClimateItIsTime.

    The week included many activities such as conferences, a campus visit on the theme of sustainable development, and a "Climate Fresk", as well as times of sharing and other interactive workshops.