Fiche détaillée d'un cours


   


Voir la fiche établissement

Sociologie de l'art et de la culture

2016-2017

Faculté des Lettres & Sciences Humaines ( FLSH )

Code Cours :

1617-FLSH-DIV-FR-4007


Niveau Année de formation Période Langue d'enseignement 
S1Français
Professeur(s) responsable(s)
Intervenant(s)Pas d'autre intervenant

    Ce cours apparaît dans les formations suivantes :
  • Faculté des Lettres et Sciences Humaines - Master 1 Culture, Tourisme et Valorisation du Patrimoine - S1 - 3 ECTS

Pré requis



Objectifs du cours


Contenu du cours

- Les mondes de l’art. L’artiste n’est guère un génie solitaire, mais plutôt un participant à une production collective. L’art est un jeu à trois. Il y a la production : les artistes, professionnels ou amateurs, confidentiels ou populaires, officiels ou maudits. Il y a la médiation : les galeries, musées, festivals, critiques, journalistes, éditeurs, commissaires-priseurs. Il y a la réception : les publics, initiés ou profanes, plus ou moins ouverts à l’art contemporain.


Tout est produit : les œuvres, les artistes, les publics, les goûts, la valeur des œuvres. Les goûts artistiques ne sont pas naturels, mais se forment dans une culture familiale et un milieu social. La valeur artistique ne tombe pas du ciel, mais se fabrique dans des musées, galeries, ventes aux enchères. Le public n’est pas acquis, mais conquis, sensibilisé, éduqué.



- Les pratiques culturelles des Français. Les milieux aisés se distinguaient, en valorisant la culture légitime (opéra, théâtre) et en dépréciant la culture de masse (télévision). Ils seraient devenus des omnivores culturels, appréciant la diversité (bd & littérature, variété & jazz). La hiérarchie des pratiques culturelles a-t-elle pour autant disparu ?



- Les cultures populaires. Certains y voient des cultures pauvres, dominées, en résistance : une vision misérabiliste ? D’autres trouvent ces cultures vivantes, authentiques, autonomes : une attitude populiste ? Des intellectuels, fonctionnaires, responsables politiques veulent démocratiser l’accès à la culture : une forme d’ethnocentrisme culturel ?



- Les contre-cultures. Les mouvements contestataires, underground, alternatifs, échappent-ils à la culture dominante ? Ne sont-ils pas voués à être intégrés à la société, récupérés par les entreprises ?



- Les cultures alimentaires. La nourriture est affaire de culture : familiale, régionale, nationale. Les goûts culinaires sont liés au milieu social. La cuisine est l’occasion d’une transmission, d’une socialisation. L’alimentation est sous influence de l’industrie agro-alimentaire, du monde médical. Et le repas est un rituel. Le contenu de l’assiette n’est-il pas un bon analyseur des phénomènes culturels ?



- La mondialisation culturelle. Comment comprendre les processus en cours ? Y a-t-il homogénéisation, uniformisation, américanisation, occidentalisation ? Résistance, conflit, choc des civilisations ? Hybridation, emprunt, métissage, bricolage ?



- Les traditions. On dit qu’elles se perdent, alors qu’elles se transforment. On le voit en étudiant par exemple les fêtes de Noël, d’Halloween, du Carnaval.



Nous utiliserons un certain nombre de notions.


Ex : sous-culture, contre-culture, culture dominante, culture légitime, culture populaire, culture jeune, culture d’organisation, culture professionnelle, culture de masse, capital culturel, distinction culturelle, pratiques culturelles, acculturation, démocratisation, vulgarisation, légitimation, sacralisation, élitisme, populisme, ethnocentrisme, construction sociale, production collective, instance de légitimation…



Nous explorerons divers champs.


Ex : peinture, photographie, musique, littérature, vin, séries télé, jeux vidéo...



Et nous nous appuierons sur différents supports.


Ex : articles, extraits de livres, courtes vidéos…



Modalités d'enseignement

Organisation du cours

Méthodes pédagogiques


    Évaluation

    Contrôle continu : coeff. 10





     
    * Informations non contractuelles et pouvant être soumises à modification
     
     
    Vidéo : Un campus à vivre
    Notre chaîne Youtube